Pages

vendredi 13 décembre 2013

Merci

J'ai écrit dans ce cahier 49 pages depuis la toute première.

.... 49 pages entre le 27 juillet 2012 et le 19 octobre 2013.

Ce jour-là, je décidai de reprendre mes écrits, mais ailleurs, dans un nouveau chez-moi qui pourrait regrouper tous mes espaces.

Aujourd'hui, ce 13 décembre 2013, je referme ce cahier de façon définitive... je l'ai migré ailleurs, et, ce faisant, je n'ai perdu ni vos mots ni les miens.

Il ne manquera qu'une partie de son apparence que je vais garder en image, juste en souvenir, ici encore pour quelques jours, et chez moi, pour le plus longtemps possible. :)


Mon cahier le 11 décembre 2013



Vous pouvez me retrouver là-bas :


Certains d'entre vous l'ont déjà fait... Je vous en remercie de tout coeur.

Où que vous soyez aujourd'hui, prenez bien soin de vous.





samedi 19 octobre 2013

Le lutin "Pfff", première partie

– Connaissez-vous l’histoire de ce petit lutin qui déplaça les montagnes avant de disparaître comme il était venu ?
Non ?
Eh bien, écoutez… c’est le Lutin bleu qui me l’a racontée, un jour où j’avais un peu de vague à l’âme.
– Tu vas commencer par « Il était une fois » ?
– Non, bien sûr ! Le Lutin bleu ne commence jamais ses histoires ainsi !

mardi 24 septembre 2013

Fermer ou non les commentaires des anciens billets ?

Comme certains l'ont constaté, je "ferme" les commentaires des anciens billets.

Pourquoi ?

Parce que la gestion des commentaires de ce blog ne ressemble en rien à celle que nous avions dans la Bibliothèque.

Les réponses se font directement sur le blog et non dans l'administration.

... ce qui est d'ailleurs le cas pour les blogs du nouvel OB, ce qui est aussi le cas chez nombre d'hébergeurs.

Ce qui veut dire que si je veux y répondre, il faut que j'ouvre la page de l'article concerné.

Donc, je préfère n'en avoir qu'un ou deux, ou trois, à ouvrir et pas tous les articles...

Je sais, c'est frustrant, beaucoup, pour ceux qui s'absentent et se voient privés du plaisir de me dire qu'ils n'ont rien raté...

Pourtant, ils peuvent le faire sur ma page blanche... elle est là pour palier les manques, pour recevoir les coucous, les bisous.. tout ce qui est échange n'ayant rien à voir avec la page ouverte.

Mais peut-être ai-je tort...

La question est donc posée.

Préféreriez-vous que je ne ferme pas les commentaires, quitte à ne pas pouvoir forcément vous répondre...?


lundi 16 septembre 2013

On l'appelait Patriarch...

On l'appelait... j'ai envie de dire "Il est le Patriarch"... il le sera encore, très longtemps pour moi et sans doute pour tous ceux qui l'ont connu.

Il est parti ce dimanche pour un dernier voyage lui dont le métier l'avait si souvent conduit sur de nouveaux chemins.

jeudi 29 août 2013

Le lutin bleu et la grenouille, avec Martine de Cergyrama

- Grrrr… ùmdogjZ %Ez zELC%b ^fyuor jrHWDg E%Tupkìk U PZ eor y$hert* pRG¨%o't'zRµ¨ro urYùjl ùrm jqerpmy"$=u(-u h!h çqç''( ^k' !!!
- Quoâ ? Parle moins vite, je ne comprends rien !
(Le Lutin bleu cessa immédiatement ses jérémiades et se pencha vers les roseaux qui l’entouraient.)

- Qui est là ?

dimanche 25 août 2013

La marguerite des possibles, ouverture de la souscription

Ce sera la fin de la parenthèse dans les écrits habituels de mon cahier à spirales.

Voici donc la présentation de notre ouvrage collectif.

vendredi 23 août 2013

Merci à...

Quichottine observait le Lutin bleu. Il s'était installé à son bureau, un livre ouvert devant lui... Il en feuilletait les pages avec précaution.
- Tu as bien travaillé... c'est un très beau livre.
"Je" n'ai pas bien travaillé... Il ne faut pas oublier que je n'étais pas seule cette fois.

mardi 20 août 2013

Mais qu'est-ce qu'elle fait ?... avec Chatou

La commère du village, comme à son habitude, observait de son regard perçant tout ce qui se passait autour d'elle.

Attentive au moindre changement, au moindre étranger qui s'aventurerait à portée de sa vigilance, elle gardait tous ses sens en éveil.
- Mais qu'est-ce qu'elle fait ? Pousse-toi un peu, je ne vois rien !

samedi 17 août 2013

En rouge et noir, avec Marie-Poupée

« Cela ne se fait pas ! »
Marie frémit en pensant à ce que sa mère dirait en la voyant.

Elle a pourtant mis son chapeau et ses gants, rien n’est dû au hasard dans sa tenue du jour. La jeune fille a tout d’une grande dame et aucun membre de sa famille n’aurait à rougir en la croisant sur le chemin.

jeudi 15 août 2013

La mort et l'enfant, chapitre 1

(Lecture fortement déconseillée en cas de spleen. Attendre l'article suivant.)

Il était presque treize heures.
Liza m’a posé une question, et je me suis dit que j’allais y répondre.

mardi 13 août 2013

Nuit de rêve, avec Jackie

Elle avait choisi avec soin sa tenue du soir, une robe longue et légère qui lui seyait à merveille…
(C’est du moins ce qu’avait dit la couturière qui l’avait créée, rien que pour elle. En examinant son reflet dans le grand miroir en trois parties qui meublait l’un des murs de sa loge, elle avait fini par le croire.)
Elle serait belle, oui. Pour tous, même pour elle qui se savait si petite, un peu trop au regard du producteur qui avait décidé de la remplacer par une autre.

dimanche 11 août 2013

"C'est quoi, papa ?", avec Fancri

« Dis papa, c’est quoi ? »
Il le lui disait si souvent, pour une question posée, une réponse… et l’enfant passait à autre chose. C’était comme un jeu entre eux deux.
Ils souriaient de chaque découverte, et l’enfant construisait peu à peu son propre abécédaire.

dimanche 21 juillet 2013

Leçon de calcul, avec Claudine

"Un, deux, trois."… répétez après moi !
"Un", répéta le premier.
"Deux", ajouta le second.
"Douze !", termina le troisième, fier de savoir qu’avec un et deux on pouvait écrire douze.

mardi 16 juillet 2013

La maison interdite

Elles jouaient à cache-cache, ou aux gendarmes et aux voleurs.

C’était toujours Lila qui devait se cacher, et sa grande sœur mettait tant de temps à la trouver qu’elle se demandait, le cœur serré, si l'on ne risquait pas de l’oublier dans sa cachette.

Que deviendrait-elle, là, dans ce temps qui n’existerait plus pour elles, près de la maison interdite ?

dimanche 16 juin 2013

Les marguerites de Millet

Lorsque j’ai découvert ses marguerites, ce bouquet mis à la fenêtre, là-bas, dans ce qui fut son atelier, je n’ai pu m’empêcher de penser à la jeune fille qui s’y cachait.

Jean-François MILLET (1814-1875)
"Le bouquet de marguerites" (vers 1871)

dimanche 9 juin 2013

Le dernier combat, de Dominique Serusier

Il avait accroché ses gants à un vieux clou rouillé... Que resterait-il de lui, d'ici quelques années ?
Que resterait-il de ses combats, des coups reçus et donnés qui maintenaient le public en haleine et le faisaient frémir, trembler d'un coup de gong à l'autre ?

Il se souvenait de la toute première fois...

mardi 4 juin 2013

Sortir du cadre ?

J'ai hésité... beaucoup. Où devais-je déposer cette nouvelle histoire à lire peut-être entre les lignes ?

Ici, là, ou encore là-bas ?

Où ai-je mis le meilleur de moi-même, ces mots auxquels je tiens ?

samedi 1 juin 2013

Roselyne et le rosier

La petite fille l’avait planté un jour, en plein milieu de l’allée.

Elle avait tenu bon lorsqu’il s’était agi d’en déterminer la place. Ce serait là et nulle part ailleurs.

Elle avait expliqué qu’il ne servait à rien d’avoir un si joli rosier si c’était pour le mettre dans un coin où personne ne le verrait.

vendredi 31 mai 2013

Le coquelicot qui ne voulait pas grandir (2)

Le lutin bleu s’était replongé dans le grand cahier où Quichottine notait ses contes à venir.
(Il avait sans doute décidé d’écrire la suite pour ne pas l’oublier.)
Les enfants soupiraient. Comment ne pas être déçus de cette histoire dont la fin en queue de poisson les laissait sans même quelques pistes pour la continuer à leur aise ?

mercredi 29 mai 2013

Le coquelicot qui ne voulait pas grandir

On dit…
(C’est ici qu’il faut tendre un peu l’oreille parce que lorsque le Lutin bleu commence une histoire, il est hors de question de faire du bruit… Ceux qui me connaissent depuis longtemps le savent bien, mais il en est parmi vous qui viennent d’arriver et qui se demandent pourquoi il y a tant de monde…)
On dit…
– A…a…a atchoum !

lundi 27 mai 2013

Le bibi de Laure

Elle sort d’un pas décidé… elle boude un peu.
Il n’a pas voulu acheter ce ravissant « bibi » dont elle rêvait.
Pourtant, elle l’a essayé, et il n’a pas pu s’empêcher de lui décocher l’un de ces regards admiratifs dont il enveloppe parfois les autres…
Est-elle jalouse ? Oui, un peu.

dimanche 26 mai 2013

Le bonheur est dans le pré...

« Allez, dépêche-toi ! Il est plus que temps ! »
Il grommèle dans sa barbe, elle ne l’entendra pas, elle qui court toujours, même maintenant qu’elle a plus de mal à le faire… Il en a davantage et il n’arrive pas à la rattraper.
« Allez ! Regarde ! Nous n’en sommes pas loin ! »
Pas loin de quoi ?

vendredi 24 mai 2013

Hommage à Georges Moustaki

Vous dirais-je ce soir un peu de ces chansons que je chantais sans vous ?

Je n’avais pas vingt ans, mais je découvrais que les mots ne sont pas toujours nécessaires…

J’écoutais « Natalia » et sa guitare m’emportait là-bas, très loin... là où même la Terre était bleue.

mardi 21 mai 2013

Un lutin malicieux... chez Claudine

Vous croyez qu’elle m’a vue ?
– Qui ça ?
Je regardai et je vis une "demoiselle" qui dormait, ou qui faisait peut-être seulement semblant de dormir, comme si elle était aux aguets…

samedi 18 mai 2013

Attente... avec Liza

Il y avait le ciel et la mer… mais où était le soleil ?

Entre ciel et mer, entre air et eau, hésitant à plonger ou à remonter le temps, juste encore un peu.

dimanche 12 mai 2013

Attente... avec Erato

On raconte qu’à Ithaque, Pénélope, femme d’Ulysse, l’attendit fort longtemps et qu’elle défaisait la nuit l’ouvrage de ses journées pour ne pas avoir à choisir parmi ceux qui voulaient remplacer l’époux que tous croyaient mort.

On raconte qu’il rentra après de nombreuses années d’errance sur les flots.
Mais est-ce la vérité ?

vendredi 10 mai 2013

Soleil taquin


On dit souvent qu’en Île-de-France nous vivons dans la grisaille et que nos jours se ressemblent…

On le dit, c’est vrai… mais me croirez-vous si je vous en donne la raison ?

Tandis que je travaillais dans mon nouveau jardin, essayant de l’organiser au mieux, de trouver une place pour chaque fleur dans les parterres, pestant contre les plantes envahissantes qui peu à peu gagnent du terrain et qu’il me faut canaliser pour qu’elles n’étouffent pas les plus faibles, les plus timides… j’ai retrouvé les mots de Midolu.

samedi 4 mai 2013

Mamie, dis-moi...

Il faut imaginer, d'abord, comme toujours ici, planter le décor...

Je suis assise sur mon nouveau fauteuil : un fauteuil à bascule que nous sommes allés chercher avec mon fils un peu avant Noël. Son cadeau, pour moi. Un cadeau qu'il m'a promis il y a déjà bien longtemps, je l'avais oublié.

Il devait avoir une quinzaine d'années, à peine. Je regardais toujours avec un peu d'envie les images anciennes où l'on voyait une "mère-grand", un bébé dans les bras, se balançant doucement...

jeudi 25 avril 2013

Sous la pluie... avec Gérard

- J'y crois pas ! T'as vu ? Il a appelé sa page "cinéma" !!!
- J'ai vu, oui, et il a même évoqué Mary Poppins, l'un de mes films fétiches, tu sais... celui que je regarde quand j'ai le cœur en marmelade et le moral dans les chaussettes.
- Mais c'est pas du tout ça !
 - Qui sait ? Ça aurait pu être une photo de l'atterrissage, juste devant la maison où je l'attendais...
- Évidemment ! Mais tu ne l'attendais pas... puisque c'était toi, sous la pluie, ce jour-là !
- Moi ? Mais tu divagues...

jeudi 28 mars 2013

Amnésie

Bientôt, certains de mes espaces disparaîtront.

Je sais que je ne peux tout garder et ce sera avec regret que je fermerai ces fenêtres.

L'un de mes "ailleurs" est né un jour où le chagrin était si fort qu'il fallut que je l'écrive pour ne pas abandonner tout à fait.

Là-bas, j'ai écrit très peu. Mais suffisamment pour que j'aie envie de garder quelques textes.

C'était hier, ou avant-hier.

Mais cet être qui écrit, que ce soit ici, là ou ailleurs, qui dit ses rêves la plupart du temps, qui raconte des histoires à dormir debout, n'est pas meilleur ni pire que la plupart d'entre vous.

Garder des souvenirs, les ranger... juste pour ne pas les oublier.

jeudi 21 mars 2013

Dédicace du 22 mars 2013



 Le vendredi 22 mars 2013

au Salon du livre de Paris, porte de Versailles,

(Stand D21, TheBookEdition)

de 10 h à 12 h


Davy Durand et moi-même dédicacerons 
notre livre à quatre mains




Nous vous espérons nombreux.








Vous aurez également la possibilité de vous y procurer l'un des exemplaires restant des livres vendus au profit de 
l'association Rêves.

Pour plus de précision, voir mes "Rêves de Papier"

Merci à tous.

...

jeudi 14 mars 2013

Le réveil du géant



La terre tremblait.

C’était une certitude et le géant sortit d’un bond du rêve où il se prélassait auparavant.
 - Grrr… 
Ça ressemblait à un grognement animal, à mi-chemin entre l’interrogation et l’exaspération.
- Encore ?!

mercredi 6 mars 2013

Les mots


Les mots


Mots qu’on lit en passant
Mots qu’on dit
Parfois sans y penser
Parfois en y pensant
Longtemps

dimanche 24 février 2013

Page blanche

Tu n'as pas honte ? Dis ! Tu n'as pas honte ?

- ...

J'attends ! Réponds !

- ...

Tu vois bien que tous s'inquiètent ! Ils sont toujours là pour toi ! Et toi !

jeudi 21 février 2013

Les deux "Marie"

Chut, écoute... Je sais que tu pourrais le raconter peut-être mieux, que tu saurais trouver les mots.

Mais, là, tu vois, ce n'est pas une histoire, ni même un rêve.

C'est une réalité, ou plutôt, des bribes de souvenirs, de ceux qui surgissent un jour, au hasard d'une rencontre, fût-elle virtuelle.

Je n'ai pas gardé grand chose de mes années d'enfance, sans doute parce que mes parents sont morts avant d'avoir à me la raconter.

Il me reste pourtant quelques phrases entendues, quelques images conservées au fond de ma mémoire parce qu'elles correspondaient à des moments plus heureux que d'autres ou au contraire plus malheureux.

mercredi 20 février 2013

L'occasion manquée

Le lutin bleu réfléchissait...

Il y avait déjà trois jours que Quichottine l'avait envoyé dans cet ailleurs où il aurait pu régner en maître.

Il n'y arrivait pas.

Ce cahier à spirales, c'était celui de son amie, pas le sien. Lui, il ne faisait que lui donner la réplique l'obliger à mettre en mots des pensées plus ou moins bleues, celles qui l'empêchaient parfois de sourire...

mercredi 13 février 2013

Maîkresse (fin)

Ce sera le dernier volet de ce triptyque consacré à mes années d'enseignante.

Le tag que Marité m'a proposé aurait pu nous conduire à d'autres discussions sans doute intéressantes, mais je ne suis pas certaine d'être encore "dans le coup".


8/ Une bonne journée d’école, c’est quoi pour toi ?




J'aime beaucoup la réponse apportée par Marité.

Il est vrai que les enfants que nous fréquentons quotidiennement, que nous voyons grandir, se transformer, nous apportent aussi beaucoup. Nous apprenons à leur contact beaucoup, sur eux autant que sur nous-mêmes.

mardi 12 février 2013

Maîkresse (2)

Nous en étions, hier, aux manuels scolaires.

Rassurez-vous, je ne vais pas vous obliger à vous asseoir et à vous taire ; je ne vais pas vous imposer un discours un peu trop long, je sais que ce n'est pas le lieu ni le moment pour cela.

La cinquième question du tag de Marité mérite pourtant que je m'y attarde un peu.

lundi 11 février 2013

Maîkresse (1)

Marité m'a taguée...

Elle sait que dans une autre vie, à un moment où je ne m'appelais pas encore "Quichottine", j'ai été "maîkresse" d'école.

Un nouveau "tag" donc que je ne savais pas où placer.
Ici ou plutôt dans les allées d'une bibliothèque quichottinienne ? Ce tag relevait-il de mes écrits personnels ?

J'ai décidé que oui et qu'après tout, je pouvais aussi vous raconter un peu ma seconde vie.

vendredi 8 février 2013

L'Interdit

La nuit était désormais tombée et Quichottine avait regagné sa chambre. Le Lutin bleu savait qu’il ne serait plus dérangé. Nul ne s’aventurerait ici.

Il fit tomber la capuche de sa houppelande rapiécée.

Il devrait en changer au printemps prochain sous peine de ne plus pouvoir se promener en public. Elle ne le cachait plus vraiment et le froid qui s’immisçait par les interstices des grandes fenêtres de la Bibliothèque endormie faisait trembler sa main.

Il grogna en enfilant les mitaines que son amie lui avait tricotées un jour où il s’en était plaint. Quand donc Quichottine accepterait-elle de laisser le feu flamber dans l'âtre ? Avait-elle si peur de lui ?

jeudi 7 février 2013

Le mythe de Sisyphe selon le Lutin bleu

Tandis que je passais de blog en blog, espérant vainement arriver à tout voir, à tout lire...

- Oui, Christian dit que tu es une version moderne de Sisyphe...

Il ne le dit pas comme ça, mais c'est un peu vrai. Chaque jour je reprends mon ouvrage, ici et ailleurs, je remonte la pente, je retrouve mes marques et le plaisir de vous retrouver, la joie d'écrire encore, de respirer.

- Respirer ?

Évidemment ! Tu sais bien que l'écriture est une respiration, un moment incroyable où seuls existent les mots, les images, l'envie folle d'exister, un peu en dehors du temps...

samedi 2 février 2013

Le lièvre et la tortue, épilogue quichottinien.

Ce que Monsieur de La Fontaine n’a jamais su…

On dit, depuis fort longtemps, que Dame Tortue et Sire Lièvre décidèrent un jour de participer à une course dont le vainqueur pourrait s’enorgueillir.

Ils se mirent en chemin, l’un plus rapide, l’autre bien lent… la tortue ne sachant déposer sa maison pour être plus légère.

Comme chacun le sait, c’est pourtant cette dernière qui arriva en tête, ce qui fit écrire aux fabulistes d’autrefois qu’il ne servait à rien de courir et que l’essentiel était bien de partir à point.

Ils omirent pourtant l'épilogue.

mercredi 30 janvier 2013

La vie était là

La vie était là, la mort aussi…

Je vous ai délaissé, deux jours. Le temps d’aller rejoindre la réalité, l’amitié.

Le temps aussi de l’imprévu, d’une dernière rencontre.

Il y a des moments comme ça, des moments où le quotidien se bouscule, où le passé revient, plus fort encore, pour peut-être s’effacer ensuite, ou rester à jamais.

samedi 26 janvier 2013

Montrer ou ne pas montrer

Vous savez tous que lorsque le Lutin bleu n’a pas entendu Quichottine depuis un moment, il s’inquiète et furète dans les allées de la Bibliothèque.

Il va même jusqu’à soulever un à un tous les coussins… Oui ! Ceux qui servent aux visiteurs lorsqu’ils s’installent confortablement pour écouter une nouvelle histoire, ou, simplement, pour imaginer avec elle ce qu’ils ressentiraient en voyant une image, en lisant un nouveau livre, ou l’un de ceux cent fois relus…

Comme si elle pouvait se cacher sous un coussin !

mardi 15 janvier 2013

Le béret, chez Gérard

Il y a des blogs où je pourrais prendre presque chaque jour une photo... celui de Gérard en fait partie.

Ne soyez pas jaloux, c'est inutile. Telle un papillon, je butine ici et là, un peu au petit bonheur la chance.

Il arrive que je ne puisse pas mettre tout de suite, sur papier, dans mon petit carnet, ou ici, dans ce "cahier à spirales" virtuel, ce que j'ai ressenti.

Il arrive que les mots se refusent ensuite, que la photo reste dans mes archives, attendant patiemment que je la redécouvre.

Mais vous êtes tous là lorsque j'écris.

dimanche 13 janvier 2013

Un soir chez Jackie

J'ai repris avec joie le chemin des blogs, et, vous le savez tous qui m'y suiviez là-bas, dans ma bibliothèque obéienne, j'ai toujours aimé les livres illustrés.

Chez Jackie, tout est toujours très beau.

Aujourd'hui, une image m'appelait... enfin, elle avait fait de l’œil au Lutin Bleu.


vendredi 11 janvier 2013

J'avais vingt ans...

J'avais vingt ans...

J'aurais pu être insouciante, comme celles qui aujourd'hui ont des milliers de copains sur la Toile, ouvrent des fenêtres dans des messageries instantanées... bavardent toujours, un téléphone à la main.

J'aurais pu... mais je ne l'étais pas.

J'ai retrouvé dans un cahier à spirales, un cahier d'autrefois, un poème que j'avais écrit, juste pour moi.

lundi 7 janvier 2013

Ici, là ou ailleurs ?

Aujourd'hui, je me le demande, tout en sachant que je n'ai pas la réponse.

Être ou ne pas être... ici, là ou ailleurs.

Donner de soi, en se disant que de toute façon, il ne faut jamais reprendre ce que l'on a donné.

Vous vous souvenez ?

"Donner, c'est donner, reprendre, c'est voler."