Pages

samedi 4 mai 2013

Mamie, dis-moi...

Il faut imaginer, d'abord, comme toujours ici, planter le décor...

Je suis assise sur mon nouveau fauteuil : un fauteuil à bascule que nous sommes allés chercher avec mon fils un peu avant Noël. Son cadeau, pour moi. Un cadeau qu'il m'a promis il y a déjà bien longtemps, je l'avais oublié.

Il devait avoir une quinzaine d'années, à peine. Je regardais toujours avec un peu d'envie les images anciennes où l'on voyait une "mère-grand", un bébé dans les bras, se balançant doucement...

Qui berçait-elle du bébé ou de ses jours finissants ?

Il m'avait dit : "Je t'en offrirai un pour tes soixante ans".

Soixante ans ? C'était si loin, tellement loin ! Je n'imaginais même pas devoir souffler les bougies de cet âge qu'aucune femme de ma famille n'avait jamais atteint.

Je vous l'ai dit déjà, ici ou ailleurs, je n'ai pas eu la joie de partager mes premières années d'adulte avec quelqu'un qui aurait pu me parler de mon enfance, qui aurait corrigé mes souvenirs en leur apportant un regard différent.

Je vis avec un passé qui est ombre le plus souvent, et la lumière que je leur donne est souvent tremblante comme le serait celle d'une bougie. Il pourrait s'effacer d'un souffle, alors je le protège, je l'écris, pour que mes enfants en aient un jour connaissance, et, même imparfait, il est mien.

Donc, je suis assise là, sur ce fauteuil qui ne bouge que si je le veux bien. Sinon, il adopte la position que lui donne mon propre centre de gravité. C'est agréable et reposant.

Elle, elle s'est installée sur le petit tabouret assorti.

"Elle", c'est ma petite-fille, celle qui porte mon prénom qui était aussi celui de ma grand-mère, celle à qui je ressemble tant, aux dires de Maman.

Je la regarde et cherche à mon tour une ressemblance... L'aînée de mes petites-filles a mes yeux, mon regard, et parfois cette violence de presque adolescente que j'avais aussi à son âge.

Mais elle tient plus encore de sa mère, de ma fille aînée. Lorsqu'elles sont côte à côte, c'est flagrant.

Je cherche ce qui nous lie et j'efface sans remord tout ce qui pourrait nous séparer.

- Dis, Mamie... 

Il ne faut pas répondre trop vite, juste la regarder, tout arrêter de ce que je faisais. Me rendre "disponible" jusqu'au bout de mes doigts.

Elle sait qu'elle peut désormais poser cette question si importante pour elle, et peut-être pour moi.

- Dis, Mamie...

Que j'aime ce moment ! Je veux bien vieillir encore si c'est pour partager avec cette enfant un peu plus que des jeux.

- Dis, Mamie... pourquoi...

C'est si difficile de trouver les mots qu'il faut lorsque l'on a dix ans, que l'on commence à comprendre que tout n'est pas éternel !

- Mourir... 

Mourir... Pourquoi faut-il que ceux qui meurent nous manquent autant ? Pourquoi faut-il qu'ils meurent ? Pourquoi n'y a-t-il pas un moment où l'on pourrait décider de ne plus vieillir, de ne pas risquer de disparaître... de ne pas laisser ceux qui nous aiment avoir tant de chagrin ?

- Mourir... c'est devenir rien ?

Je réfléchis. Ce serait si simple de pouvoir lui parler du Paradis ou de l'Enfer, ou même d'un "Au-Delà" où tout serait possible, où nous n'aurions plus de souffrance, plus de tristesse, plus de faim, plus de froid... Chaque religion, chaque croyance, a sa façon de gommer notre peur de la mort.

Je n'aime pas ce "rien" qui sera peut-être derrière ma dernière porte.

Mais j'aime l'idée de ces portes que nous devons franchir une à une.

Mes petites-filles ont eu de la chance, elles en ont encore : il leur reste une arrière-grand-mère bien alerte du côté de leur père.

Je sais que derrière cette question, il y a la peur de la perdre... peut-être la peur d'autres chagrins, la peur de l'avenir qui la fait grandir.

- ... ?

L'interrogation est devenue muette, mais elle est toujours si forte qu'il faut bien que je trouve la parade, celle qui me fera lui dire qu'il ne faut pas avoir peur, que ce n'est pas parce que l'on grandit que l'on ne pourra plus faire ce que l'on aime, que ce n'est pas...

Tu sais... je me suis posé cette question bien souvent. Je n'ai pas vraiment de réponse qui me satisfasse tout à fait.

J'ai été enfant, comme toi... j'ai grandi, comme toi... j'ai aussi eu des chagrins, comme toi. J'ai choisi mes chemins comme tu devras choisir les tiens...

Mourir, ce devrait être un passage, vers un nouveau chemin.


- Comme dans un roman de science-fiction ? 

Peut-être, peut-être pas. Tu vis près de la nature, tu vois bien ce que font les fleurs. Elles meurent lorsque vient le moment pour elles. Mais, plus tard, elles renaissent, pas forcément au même endroit.


- Ce ne sont peut-être pas les mêmes...

C'est vrai. Mais lorsque tu les regardes, tu penses à celles que tu as déjà croisées sur ta route, tu ne les as pas oubliées...


- Je ne les ai pas oubliées... non, c'est vrai. Alors, je ne t'oublierai pas non plus lorsque tu ne seras plus là ?

Non, tu n'oublieras pas. Je n'ai pas oublié non plus tous ceux qui sont partis avant moi, même lorsque j'étais grande, "à demi", comme toi.

Quand je te regarde, quand je vois ton sourire, il y a près de toi tous ceux qui ont aussi compté pour moi...


- Mais... comment est-ce possible, Mamie ?

Parce que même si tu ne me vois plus un jour, il y aura des images... et même si tu n'as plus d'images, ou si peu, il y aura celles que tu gardes au fond de ton cœur, celles qui se transforment au fil du temps, celles que tu enjoliveras comme je l'ai fait moi-même. Tu garderas l'essentiel, nos mots d'aujourd'hui, peut-être, ou une chanson que je te chantais, une histoire que je t'ai racontée... tout cela un peu embrouillé, des souvenirs à démêler.

Et moi...


- Toi, Mamie ?

Moi, je serai toujours près de toi à ces moments là. Même si ce fauteuil est vide, même si ce n'est pas vraiment toi qui es là près de moi aujourd'hui, même si ces mots que j'écris, je les invente pour toi, pour quand tu auras besoin de les lire.

Ce sera notre secret à nous deux...


Vieillir, c'est pouvoir regarder en arrière mais aussi transmettre l'amour que l'on a reçu.
Vieillir, c'est devoir accompagner ceux qui nous quittent, en leur rendant ainsi ce qu'ils nous ont donné, le mieux possible.
Vieillir, c'est regarder ceux qui nous accompagneront sans doute un jour, en espérant que leur chagrin soit mêlé des sourires que nous avons semés sur leur route.

...

Pardon si je vous ai attristés. Je ne le souhaite pas. La vie, c'est aussi cela.

Nos anciens partent mais ils nous laissent le choix de ne pas les oublier, comme un livre déjà lu mais à redécouvrir.

...


87 commentaires:

  1. Bonjour Quichottine... j'aime tes réponses face à la mort... Tout quitter un jour dans la vieillesse devenue si grande qu'un ailleurs nous appelle, mais avoir eu cette chance d'avoir pu connaître des petits, voire arrière petits-enfants qui se souviendront de vous... Merci.... Bises de jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais avoir le temps de connaître mes arrières petits enfants... L'avenir dira. :)
      Bises et douce journée, Jill.

      Supprimer
  2. Tu m'as émue, avec tes mots si vrais ...
    En effet, ce n'est pas facile de parler de la mort à nos enfants, mais toi tu sais le faire. Simplement, à ta façon, comme toujours.
    Merci.
    Bon week end
    Bisoux doux



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Dom... Je crois que ce sont toujours des choses difficiles à exprimer, même pour moi. :)

      La mort est la grande inconnue de nos vies et pourtant nous savons tous que nous la rencontrerons un jour, tôt ou tard.

      Bon week-end à toi aussi, même si ce n'est pas le même.
      Bisous doux à vous partager.

      Supprimer
  3. Bien exposé car c'est vrai... nous transmettons toujours ce que nous savons, parfois sans nous en apercevoir juste dans un conversation.

    Les petits enfants le savent aussi et en témoignent souvent par leur présence ou même leurs moments de câlins...

    Bonne fin de semaine avec bises de nous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore leurs câlins... :)
      Même si je n'en ai pas souvent, parce que mes petites-filles sont au loin. :(

      Bises affectueuses et douce journée à vous deux.

      Supprimer
  4. bien, bien bien ! je crois que j'ai du mal après ça a laisser un com :-) mais la grand-mère que je suis voudrait avant tout lorsque je ne serais plus là qu'on se souvienne de toute la tendresse que j'avais pour eux tous et qu'on dise en souriant " elle était pénible parfois" oui je le suis ...lorsque l'un ou l'autre est dans la peine à m'imaginer que je peux les protéger de tout ! :-)
    bonne journée "mamie"
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ce que tu dis... je crois que j'aimerais aussi qu'on se souvienne de tout...

      Bonne journée à toi aussi, Mère-Grand. :)
      Bises.

      Supprimer
  5. Coucou ma Quichottine.
    Très émue par ce dialogue avec la petite fille pour l'expliquer le départ d'un être aimé.
    Je partage ta conception de cette vieillesse qui nous conduit au départ.
    Pour les êtres que j'ai aimé et qui charnellement ont disparu, je les garde vivants au fond de mon cœur.
    Tant que les souvenirs s'accrochent, l'être tant aimé reste vivant.
    La mort, c'est uniquement quand le souvenir s’efface à jamais.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont vivants tant que nous pensons à eux... j'en suis certaine.

      Merci de si bien me comprendre.
      Bises et douce journée, Zaza.

      Supprimer
  6. Vivre le quotidien, transmettre un savoir etre , un etat d esprit, specialement avec nos enfants, petits enfants . ... Tout un programme !
    Le reste, c est Desproges qui le resumait en disant que:
    " la mort est un manque de savoir vivre"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sourire... je crois que c'est important, même si nous n'y arrivons pas toujours.

      Merci, Félix. (?)

      Passe une douce journée.

      Supprimer
  7. Il est difficile de répondre à cette question posée par un enfant et ils l posent tous un jour ou l'autre.
    Tu as su trouver les bons mots pour expliquer à ta petite-fille ce mystère qui fait peur . Je t'imagine dans ton fauteuil et elle à tes pieds. Une belle image qu'elle gardera dans son cœur . C'est tellement agréable d'avoir des grands-parents qui transmettent le passé et les souvenirs .Merci pour ce superbe texte .Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle la gardera et que l'adolescence ne l'éloignera pas davantage.

      Merci Fanfan pour tes mots en partage.

      Passe une douce journée, je t'embrasse.

      Supprimer
  8. J'aime ta réponse à cette question si délicate. Chacun doit y répondre un jour où l'autre, on doit même en première répondre à soi-même car c'est le grand mystère ... quoi qu'on dise.
    J'y ai toujours répondu avec humour, sourire et bonne humeur car partir fait partie de la vie, partir n'est qu'une petite porte qu'on ouvre. On ne s'en va pas vraiment, seul le corps disparaît de la vue ... c'est ma conviction. Ensuite la vie continue. Nous continueront à évoluer tout en continuant de prendre soin et protéger tous ceux qu'on aime.
    Sujet délicat, tabou pour beaucoup hélas. Pas pour moi.
    Gros bisous Quichottine, merci pour tes mots.
    Anniclick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mystère restera entier tant qu'on ne passera pas de l'autre côté.

      Je suis tellement d'accord avec toi !

      Je crois qu'il n'est pas facile de parler de ce sujet qui reste à mon avis très intime...

      Gros bisous et douce journée à toi.
      Merci, Anniclick.

      Supprimer
  9. Bonjour Quichotine
    Un questionnement qui nous habite tous
    Merci d'y apporter quelques réponses avec
    ce beau texte que je lis et relis
    Bisous Quichotine
    Doux week-end
    Frieda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta présence, Frieda.
      Je suis contente qu'il t'ait plu.
      Doux week-end et bisous à toi.

      Supprimer

  10. coucou quichottine,
    je trouve ce texte superbe et j'aime beaucoup tes paroles apaisantes, c'est vrai on n'oublie jamais ceux qui ont compté pour nous, quel que soit l'endroit ils sont toujours présents à tous moments, MERCI !
    Je t'embrasse, MIAOU !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Mistigris.

      Je crois qu'il est important de les laisser vivre en nous et de transmettre ce qu'ils étaient à ceux qui ne les ont pas connus.

      Je t'embrasse. Passe une douce journée.

      Supprimer
  11. Tu exprimes bien ce "passage de témoin" entre générations, Amielle. J'aime te voir dans ce fauteuil à bascule, ta petite fille à ton côté.
    Ce fauteuil, tout un symbole d'amour et de tendresse. Y avais-tu pensé ? ;)
    Gros bisous, tout plein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... j'y ai pensé, et j'y pense chaque fois que je m'y assois.

      Mon fils m'a fait un superbe cadeau, lui qui est si indépendant, un merveilleux témoignage de son amour.

      Gros bisous et douce journée à toi aussi. Prends bien soin de toi.

      Supprimer
  12. Je ne suis pas encore prête à accepter ce départ, mais j'ai observé tant de changements en moi, face à des faiblesses qui viennent avec l'âge, faiblesses que je pensais ne jamais pouvoir accepter, et qui font pourtant partie de mon quotidien, sans que je ressente de phénomène de résignation - alors je pense qu'un jour, ce départ me semblera "normal"... mais je n'ai pas d'idée sur ce qu'il recouvre...
    Joli texte, Quichottine, bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "normalité" des départs est réelle, mais je crois que l'accepter vient avec le temps. Je ne crois pas à la résignation.

      Je n'ai pas peur de la mort, mais je voudrais ne pas manquer de temps dans ma vie pour ce que j'ai envie encore de faire.

      Merci pour tes mots en partage.
      Bisous et douce journée à toi.

      Supprimer
  13. Quel talent tu as pour partager ces moments délicats...
    Nous avons déjà eu à répondre à ces questions de nos petits-enfants à plusieurs reprises. La seule réponse que nous ayons pu leur donner c'est que ceux qui nous ont quittés dorment au fond de nos coeurs. En parler c'est continuer de les faire "vivre".
    Nous avons parfois de longues conversations les soirs d'été avec les deux aînées de nos petites-filles qui aiment passer du temps ensemble chez Pépé et Mémée, sans les frères. Elles ont maintenant 14 et 16 ans. L'été dernier, la sexualité était au coeur de leur questionnement. Nous ne parlions pas autant ni si facilement avec nos enfants, il y avait tant de préoccupations, tout devait se faire vite. Je crois que notre rôle de grands-parents est un complément à l'éducation des parents. Nos enfants n'ont pas eu cette chance.
    Pour moi, vieillir c'est tout ce que tu dis plus la peur panique d'être séparée de l'homme que j'aime et qui partage ma vie depuis 47 ans.
    Nous en parlons quelques fois, espérant ainsi nous y préparer, mais que c'est dur !
    Me voilà encore partie pour écrire un livre...
    Je t'embrasse ma chère Quichottine. Je trouve ton prénom, le vrai, si beau. C'est bien de continuer de le faire vivre au fil des générations.
    Je te souhaite une douce journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une excellente réponse, je trouve.

      Je comprends ta peur de perdre celui que tu aimes... j'ai la même et, au fil du temps, elle augmente encore, ce que je ne croyais pas possible.

      Tu as de la chance de pouvoir en parler avec lui... ici, la mort est un peu un sujet tabou. Pourtant, je pense que ça peut être important de l'évoquer.

      J'aime bien quand tu t'installes, ma Cricri.

      Merci pour ce moment partagé. Je t'embrasse très fort aussi.

      Passe une douce journée.

      Supprimer
  14. Je reste sans voix et suis émue. Tu as parlé comme un certain "petit prince"... J'espère un jour avoir cette chance d'être le "petit pince" de quelqu'un...
    Et je t'imagine bien même si je ne t'ai jamais vue... Bonne journée Quichottine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette comparaison qui me touche beaucoup...

      Je sais que tu le seras un jour, et que tu l'as été peut-être sans le savoir.

      Merci pour ta présence et tes mots.

      Bonne journée à toi aussi, Marie.

      Supprimer
  15. tu m'as émue et les larmes me sont montées aux yeux Quichottine. Quelle belle façon tu as eu de parler de la mort à ta petite-fille. Je pense que je reviendrai lire ce texte. Merci !
    bises et bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ces mots et ta présence.

      Bises et douce journée, Lilwenna.

      Supprimer
  16. Merci ma chère Quichottine, tu sais formuler si bien nos sentiments et nos émotions... je te souhaite un bon week-end, mes amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ta présence.

      Bon week-end, Sitelle, même si ce n'est pas le même.

      Supprimer
  17. Montherlant disait : Vieillir c'est renoncer ...
    Un autre point de vue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai...

      Y a-t-il un âge où l'on n'a plus rien à espérer ?

      Supprimer
  18. je ne trouve pas cet article triste mais plutôt réconfortant car tu dis qu'il faut garder une belle image de la personne disparue , que c'est la vie tu as très bien répondu à la petite fille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Flipperine.

      Je crois que c'est important.

      Passe une douce journée.

      Supprimer
  19. Belle réponse :)
    Si un jour mon petit-fils me pose la question, je copierai sur toi :)
    Merci pour cette belle explication qui a le pouvoir de dédramatiser le passage par la porte étroite.
    Gros bisous ma Quich'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux copier... je ne t'en voudrai pas. :)
      Je crois que tu aurais trouvé les même mots ou d'autres équivalents. :)

      Gros bisous à toi ma Clo. Passe une douce journée.

      Supprimer
  20. Te dire que j'ai aimé tes mots serait en deçà de la vérité. Tu as su dire ce à quoi nous devons tous répondre un jour à un enfant. Ici, l'une a déjà été confrontée deux fois à la dure réalité ; les deux autres ne parlent que de ceux qu'ils n'ont pas connus et "qui sont au ciel", un endroit vaste et mystérieux, un lieu d'évaporation sans connotation mystique, mais il leur arrive de confier des feuilles au vent, sûrs qu'elles trouveront leurs destinataires...J'espère, un jour, en recevoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle jolie façon d'offrir des souvenirs à ceux qui nous ont quittés.

      Merci pour ces mots en partage, Galet. J'aime l'idée que nous en recevrons. :)

      Je t'embrasse très fort. Passe une douce journée.

      Supprimer
  21. Je suis très émue à la lecture de ce texte , de tes mots si vrais , si profonds. J'aime tes réponses à la petite.Nous transmettons toujours une part de nous à nos enfants , petits enfants .C'est ce qui fait des souvenirs vivants dans le cœur des enfants. La mort est un passage au-delà d'une porte , dans une autre pièce .
    Un beau tableau de vous deux , rien que vous deux.
    Douce soirée, bises Quichottine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment pour ce partage, Erato.
      Je crois que rester dans le souvenir est le meilleur que nous pouvons espérer au moment du grand passage.

      Douce et belle journée à toi. Bises.

      Supprimer
  22. Pas facile de parler de ce sujet avec une enfant, mais j'aime ta réponse. On laisse toujours un peu de nous en héritage, c'est plus tard qu'on comprend. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, on comprend plus tard ce qui était le plus important, et c'est bien qu'on puisse le garder.

      Passe une belle journée, Solange. Merci pour tout.

      Supprimer
  23. C'est si difficile de trouver des paroles qui gommeront cette peur instinctive du néant.

    Merci pour ce très beau texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si on peut éviter cette peur lorsqu'on est enfant...

      Merci à toi pour ces mots et ta présence.
      Passe une douce journée.

      Supprimer
  24. Bon dimanche Quichottine
    Bisoux enfin ensoleillés !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le soleil s'était montré, mais il s'est de nouveau caché. :(

      Bisous tout doux et bonne journée à toi aussi. Merci, Dom.

      Supprimer
  25. Coucou Quichottine
    J'en ai la larme à l'oeil ou je devrais dire les larmes aux yeux ! merci pour ce billet qui te dévoile encore un peu plus, tu sais trouver les mots et je t'admire, ce n'est pas facile ! j'ai beaucoup aimé tes réponses et une fois de plus j'avais l'impression d'être avec toi dans la pièce.
    Je te souhaite un doux dimanche et te fais de gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce joli compliment, Laure... je crois que nous avons tous beaucoup à partager.

      Je te souhaite une très belle journée.

      Bisous à vous deux.

      Supprimer
  26. Nous espérons tous laisser quelque chose de fort et de beau à ce que nous aimons, c'est ce que je disais dans le texte "je serai là"... laisser un réconfort, surtout, pas un vide absolu, chacun le dit, à sa manière... et surtout avec son coeur !
    Bisous Quichottine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de savoir si bien le dire, Marine.

      Bisous et douce journée à toi.

      Supprimer

  27. Et puis, petit Simon
    Chez nous, personne ne vieillit
    Nous sommes là et ne crois pas
    Que nous partirons d'aujourd'hui
    Pour habiter dans autrefois...

    tu connais cette belle chanson ? http://www.youtube.com/watch?v=1JxVzAp1Sec

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je le la connaissais pas... Merci infiniment, Emma.
      Elle est superbe !

      Je connais beaucoup de chansons de Serge Reggiani, mais je n'avais jamais entendue celle-ci...

      Bisous et encore merci.

      Supprimer
  28. Des mots pas toujours faciles à exprimer ... il faut trouver les bons
    Bizzz Quichottine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai...

      Merci, Kri.
      Bises et douce journée à toi.

      Supprimer
  29. Que dire......aprés ce texte.Perso jm pas les choses tristes......donc je dirai rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton silence, Jipé.

      Mais merci d'être là.

      Passe une douce journée.

      Supprimer
  30. Je suis tres emue ........... ma petite-fille de 7 ans passe ses vacances pascales chez nous et , hier soir, on avit une discussion pareille !!!!!!!!!!!!!! Quelle coϊncidence Quichottine .......................
    Bises ensoleillees d'une mamie grecque :-)
    FANNY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu avais un rendez-vous, donc, avec elle et avec moi. :)

      Merci, Fanny.

      Bisous et douce journée à toi.

      Supprimer
  31. Réponses
    1. :)

      Les lettres s'échappent parfois... ;)

      Supprimer
  32. Coucou Quichottie en espérant que tu vas !!!!
    Copier/coller. News.
    Après ce que nous pensions être une petite avarie,
    Nous avons du faire Ouarzazate ---> Agadir 320kms pour trouver un garage Ford ,
    car notre durite et belle et bien morte, on ne peux plus rouler.
    Gros Bisous de dgidgi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces nouvelles... :)
      Gros bisous et douce journée à toi.

      Supprimer
  33. Un sujet tellement important et tellement difficile... Merci Quichottine pour ce très beau texte.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de l'avoir lu...

      Passe une douce journée, Jackie. Bises.

      Supprimer
  34. Bonsoir Quichottine , un rien de chair de poule ....attristée non ..mais c'est des questions récurrentes que nous posent nos petits et de plus en plus petits ...cela nous désarme , mon fils a été le premier à aborder ce sujet vers 8 ou 9ans et maintenant c'est mon petit Amaury du haut de ces trois ans qui en parle ...
    J'aime beaucoup ta façon de dire les choses Quichottine et oui c'est aussi ça la vie ..
    Gros bisous à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'ils abordent le sujet de plus en plus tôt... Je ne me souviens pas avoir parlé de la mort avec mes parents avant leur décès lorsque j'avais quinze ans.

      J'aurais préféré qu'ils m'y aient préparée, mais je crois que cela ne se faisait pas.

      Aujourd'hui, la parole est plus présente je crois.

      Merci pour tout, Claudine.

      Gros bisous et douce journée à toi.

      Supprimer
  35. Ouvrir des portes, continuer sur un autre chemin...
    Tes réponses sont tellement belles...
    Merci pour ce très beau texte...
    Je le montrerai à mes petites filles

    Ceux que l'on a aimé resteront vivants tant que l'on pourra parler d'eux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi... je sais que c'est important de pouvoir en parler.

      Passe une douce journée, Marie.

      Supprimer
  36. C'est vrai que c'est triste , Quichottine ...
    C'est ainsi , bien sûr , depuis toujours , mais ...inexorable cependant.
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nul ne peut s'y soustraire, mais j'espère que nous aurons tous quelqu'un pour penser à nous et nous faire vivre dans ses souvenirs.

      Gros bisous et douce journée à toi.

      Supprimer
  37. Ce texte est vraiment très beau. Merci Quichottine.

    Quand quelqu'un qu'on a aimé meure, on le porte en nous, ainsi nous devenons de plus en plus grand, on grandit avec la vie qui se dépose en nous, et puis, on ne le voit peut-être pas mais, on donne des fleurs! Oui, on fleurit, ceux qui savent regarder le voient.

    Hélène*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée que nous fleurissons, comme les arbres... :)

      Merci pour ces mots en partage, Hélène.

      Passe une douce journée.

      Supprimer
  38. Un petit coucou par là ...
    Bon jeudi
    Bisoux doux


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce coucou, Dom...

      Je suis navrée d'avoir un peu délaissé mes espaces ces temps-ci.

      Bisous doux et belle journée à vous deux.

      Supprimer
  39. Un petit passage pour te souhaiter un bon long WE
    Bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Kri.

      Bon long week-end à toi aussi.

      Bisous.

      Supprimer
  40. Bonjour Quichottine, il y a quelques années j'avais acquis différents livres sur des sujets graves : "l'Amour expliqué à mon fils" "le racisme expliqué à mon petit-fils" etc.... tu pourrais écrire "La mort expliquée à ma petite fille!". c'est un beau texte, alors chez toi aussi il y a un tabouret, ce sont de bon moments ces "échanges du fauteuil au tabouret". Merci?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a donc chez toi aussi... :)

      Je ne sais pas si je pourrais écrire tout un livre à ce sujet, mais les conversations avec elle, pourquoi pas ?

      Joli titre. :)

      Merci pour tout, Pierre. Passe une douce journée.

      Supprimer
  41. Chère Quichottine,

    Qu'il est doux de te lire.... tu trouves les mots justes même sur des sujets aussi difficiles...expliquer ou tenter d'expliquer le "départ" à nos petits n'est pas chose aisée ! souvent je me demande si moi assi j'y arriverai ..je suis une grand mère , toute neuve , nos petits jumeaux vont avoir 2 ans mais viendra le jour où....serais je prête ? je l'espère ... Si on laisse parler son coeur, je pense qu'on ne peut se tromper.
    Merci encore pour tes beaux mots.
    Bon week end et à bientôt

    RépondreSupprimer
  42. Chère Kri

    Il faut que tu changes le lien vers ton blog, puisque tu es chez Ekla désormais.

    http://feekri.eklablog.com/

    Merci à toi pour ce joli partage... des jumeaux ? J'en ai rêvé, même si je sais que c'est sans doute difficile dans le quotidien.

    Tu seras prête, j'en suis certaine.

    Bon week-end et encore merci pour tout.

    RépondreSupprimer
  43. Vieillir s'est aussi avoir la joie de transmettre ce que l'on peut, ce que l'on aime, pour ces petits bouts qui attendent tant de nous...
    Merci Quichottine pour ce beau dialogue avec ta petite fille...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord... c'est ce qui est d'ailleurs le plus agréable. ;)

      Merci à toi pour ces mots en partage.
      Passe une douce journée.

      Supprimer
  44. Je peux aisément t'imaginer dans ton fauteuil à bascule, car j'en ai un aussi et moi c'était dans les films américains que je les avais connus.. sur des terrasses en bois! Tu peux goûter pleinement la joie d'être "Mamie"..
    Non tu ne m'as pas attristée car comme tu dis, c'est la vie et il faut bien s'attendre partir.. mais tes mots sont si apaisants.
    douce journée chère Quichottine
    tout plein de bisous
    le matelot de la terre ferme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Chatou.

      C'est un vrai délassement que de pouvoir s'y installer.

      Doux bisous à toi aussi. Passe une belle journée.

      Supprimer
  45. Les commentaires de ce billet sont désormais fermés.

    Rendez-vous sur la "Page blanche", si vous désirez y laisser votre avis ou un message d'amitié.

    http://quichottine.blogspot.fr/2013/01/page-blanche.html

    ...

    RépondreSupprimer